N°02  Paroles de décideurs
Publié le facebooktwittergoogle_plusmailfacebooktwittergoogle_plusmail

Girod Médias, Mobilier urbain et ambition version Haut-Jura

Girod Médias, Mobilier urbain et ambition version Haut-Jura

Au départ petite société en marge du géant Signaux Girod de Bellefontaine spécialisé dans la signalisation routière, Girod Médias est devenue la quatrième entreprise française dans le domaine de la signalétique commerciale et du mobilier urbain publicitaire depuis que son Président, Philippe Girod, l’a relancée en 2009 à Morbier.

Un véritable pari pour celui qui dirigea pendant 17 ans le groupe familial avant de tout quitter pour repartir sur une autre voie.

Aujourd’hui, Girod Médias a développé un concept « clés en mains » qui permet à ses clients – les collectivités – de s’offrir un réseau de mobilier urbain et d’affichage de proximité sans rien débourser… L’entreprise affiche même des ambitions à l’international dans un contexte de forte concurrence.

Philippe Girod explique à Juratimes pourquoi la notion de développement n’a pas de limite pour lui.

GirodMédias en chiffres

  • 70 salariés
  • 10 agences régionales (Siège social à Morbier)
  • 10 millions d’euros de chiffre d’affaires
  • Présence à l’international (Portugal et Espagne)
  • 80% du CA dans le mobilier urbain (abri voyageurs, bornes interactives, planimètres, colonnes d’affichage culturel…)
  • 20% du CA dans la signalétique commerciale (fléchage commercial)
  • 200 communes sous contrat dans le domaine du mobilier urbain et de la communication extérieure
  • 340 communes sous contrat en signalétique commerciale pour 8 500 annonceurs et 30 000 lattes louées (bande où figure l’enseigne du client)
  • 4e place en France (deux activités confondues).

Who’s who Philippe Girod

Philippe Girod

La véritable aventure industrielle de celui qui deviendra le patron de Girod-Médias débute dans l’entreprise familiale de Bellefontaine, Signaux Girod, spécialiste national de la signalisation routière.

En 2009, en désaccord sur les orientations stratégiques des autres actionnaires, il décide d’abandonner ses responsabilités. Il reprend la petite société Girod Signalétique, créée dans les années 1990 en marge du groupe, spécialisée dans le fléchage commercial et de proximité. Il a alors 47 ans.

Un double positionnement

« Girod Médias a une double activité. A l’origine, la société s’est positionnée sur le marché de la signalétique de proximité dans un marché très concurrentiel. Ce qu’on appelle le fléchage, qu’il soit commercial ou pas, est présent dans toutes les communes. Pour se différencier, il est impératif de développer de nouveaux concepts. Nous avons mis au point un programme complet en partenariat avec nos clients, basé sur le démarchage des différents acteurs d’une commune. Ensemble, nous déterminons les besoins de chacun et proposons un fléchage public sur mesure. La fabrication, la pose, la réparation, l’entretien et la maintenance des équipements à l’état neuf par nos soins constituent notre plus-value. Il s’agit d’une activité de prestation de service « clés en mains » qui touche aujourd’hui 340 communes, soit 8 500 clients et représente 20 % du chiffre d’affaires.

Depuis huit ans, Girod Médias s’est également engagé sur le marché du mobilier urbain publicitaire. Là encore, toutes les communes étaient déjà équipées, l’offre développée par notre société ne coûte pas un centime aux collectivités, charge à nous de commercialiser les espaces publicitaires de 2,8 et 12 m² se trouvant sur certains mobiliers afin d’équilibrer nos investissements. Cette activité représente aujourd’hui 80% du chiffre d’affaires avec 2 500 faces publicitaires réparties sur 90 réseaux. »

Une organisation interne et externe

« Girod Médias représente aujourd’hui 70 personnes dont 61 basées à Morbier où est développé l’essentiel du design de nos mobiliers. Sur place, les affiches publicitaires sont imprimées, le mobilier électronique produit, la signalétique fabriquée et les mobiliers rénovés. En revanche, nos mobiliers urbains viennent de deux fabricants français qui ont une clause d’exclusivité selon les modèles. Le maillage du territoire est basé sur dix équipes qui interviennent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, la réactivité est un élément fondamental dans ce secteur d’activité.

La société ne se définit pas comme « afficheur », Girod Médias contribue à embellir les villes, à leur permettre de communiquer efficacement et à les aider à offrir un service de qualité aux administrés et aux visiteurs. »

La France… et l’international

« Notre développement est basé à la fois sur une croissance interne par le gain constant de nouveaux marchés en France et à l’étranger, et sur une croissance externe par le rachat d’entreprises. Actuellement, plusieurs dossiers sont à l’étude en vue de reprendre un ou plusieurs confrères. Cette ou ces opérations augmenteront notre CA de façon importante et seront rapatriées sur Morbier. Les activités complémentaires à la nôtre, seront fusionnées. L’objectif est d’avoir une solidité suffisante pour résister au marché en perpétuelle évolution.

Quant au développement en Europe, c’est une volonté forte. Nous ne sommes présents que dans deux pays pour l’instant, l’Espagne et le Portugal. Notre objectif est d’exporter notre savoir-faire au-delà et de mettre en place nos concepts dans des pays qui sont demandeurs. C’est un travail difficile, il faut adapter l’offre à chaque pays avec des réalités très différentes. »

Un management participatif

Philippe Girod

« Girod Médias a développé une devise : nous faisons de la prestation de service, aimons servir nos clients et faisons-le avec le sourire ! Le secteur d’activité du mobilier urbain publicitaire évolue sans cesse, il demande une adaptation de chacun en permanence, c’est difficile. Pour ma part, j’essaie d’être au maximum sur le terrain, au contact des uns et des autres parce que le travail en confiance est essentiel. L’entreprise se développe à son propre rythme : agir en pur financier n’a pas d’intérêt, il faut avant tout convaincre les équipes, les emmener dans un projet. Il n’y a pas de barrières au développement de notre activité parce que le marché est mondial et que dans ce contexte, Girod Médias est minuscule.»