N°01  Paroles de décideurs
Publié le facebooktwittergoogle_plusmailfacebooktwittergoogle_plusmail

INOVYN, un tournant pour la plateforme industrielle de Tavaux

INOVYN, un tournant pour la plateforme industrielle de Tavaux

Le 26 juin 2014, les groupes chimiques Solvay et Ineos signaient un accord en vue de créer INOVYN, une co-entreprise spécialisée dans les produits chloro vinyliques. Cette décision résultait d’une nouvelle orientation du groupe Solvay qui souhaitait se séparer de sa production PVC. Après deux années de procédure, notamment auprès de la commission européenne, INOVYN – société en joint venture pour trois ans – voyait le jour le 1°juillet 2015.

INOVYN, numéro un européen dans son domaine, compte parmi ses 18 sites celui de Tavaux, l’un des plus important. Sur la plateforme de Tavaux, bien des choses ont changé, notamment la partition du personnel dont la moitié reste Solvay et l’autre moitié passe sous statut INOVYN, mais également le partage du site entre les deux groupes et la mutualisation d’un certain nombre de services.

Comment s’est passée cette partition ? Que va-t-il se passer le 1° juillet 2018, quand INOVYN appartiendra totalement au groupe Ineos ? Comment ces deux entités cohabitent-elles sur place ? Quelle sera la stratégie du groupe dans les années à venir ? Des questions auxquelles Philippe Migeot, nouveau directeur d’INOVYN – qui a fait toute sa carrière dans le groupe Solvay – répond dans un contexte économique et environnemental en constante évolution.

INOVYN en Europe de l’ouest

  • 4300 salariés
  • 18 sites répartis sur 8 pays
  • 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires
  • 40 millions de tonnes produits par an
  • Spécialité : vinyles pour applications générales (52% des ventes), chlore (27%), vinyles spéciaux (11%), dérivés organiques chlorés (10%)

INOVYN Tavaux

  • 630 salariés dont plus de 60 cadres (sur 1380 au total répartis entre INOVYN et Solvay sur la plateforme industrielle))
  • 200 hectares, 32km de routes, 35km de voies ferrées
  • Une des plus importantes usine du groupe (18 sites de production au total dont 2 en France avec Feyzin)
  • Spécialité : fabrication de produits chimiques et matières plastiques nécessaires aux industries (PVC, soude caustique, eau de javel, chlorure d’allyle, tétrachlorure de carbone)
  • Production : plus de 1 million de tonnes de produits chimiques (dont 250 000 tonnes de PVC)

Philippe Migeot Digest, Directeur d’INOVYN

Philippe Migeot InnovynBelge d’origine, 55 ans, il est un pur produit Solvay où il a effectué toute sa carrière. Après un diplôme d’ingénieur en chimie à la faculté polytechnique de Mons , il entre sur le site de Solvay-Jemeppe comme ingénieur de production à l’unité électrolyse en 1985. En 1992, sur le même site, il devient chef de service de l’unité électrolyse jusqu’en 2001. De 2002 à 2009, il rejoint le site de NOH (Belgique) comme responsable de la partie industrielle de Solvin, joint-venture entre Solvay et BASF spécialisée dans le PVC. En 2010, il devient coordinateur de l’ensemble des productions de la plateforme Solvay de Tavaux. En juillet 2015, il devient directeur du site INOVYN de Tavaux.

Solvay a révisé sa stratégie

«Le groupe Solvay qui avait une activité chloro vinylique importante : produits chimiques, chlore, PVC… a décidé entre 2012 et 2013 de mettre à jour sa stratégie en s’orientant vers des produits de spécialités et à plus haute valeur ajoutée.
En mai 2013, les deux groupes Solvay et Ineos, autre compagnie spécialisée dans les produits chimiques, ont fait connaître leur intention de mettre en commun leur activité chloro vinylique en fusionnant leurs actifs industriels, provenant de 8 sites d’héritage INEOS et de 10 sites d’héritage Solvay, pour créer INOVYN, premier producteur européen de produits vinyles et chlorés.
Les deux compagnies ont mis deux ans pour obtenir l’aval de la commission européenne. Ces deux années ont été longues et fastidieuses. Pour ne pas se trouver dans une position concurrentielle dominante, INOVYN a été contraint de vendre une usine aux Pays Bas, une en Allemagne, une en Belgique, une en France et une autre en partie en Grande Bretagne.
Le temps de trouver un acquéreur, la création de la JV INOVYN a été officialisée le 1° juillet 2015. »

Une joint-venture sur trois ans

Philippe Migeot Innovyn«Ce beau bébé tout neuf est le numéro un en Europe dans son domaine d’activité dont la fabrication de PVC représente plus de la moitié des ventes. Dans l’accord conclu, INOVYN est une joint-venture appartenant à 50/50 aux deux compagnies. Dans trois ans, le 1° juillet 2018, INOVYN reviendra intégralement à Ineos.

Sur le site de Tavaux, les deux compagnies cohabitent, INOVYN regroupe 630 des 1380 salariés et les locaux et équipements ont été partagés, l’essentiel des unités de service est resté à Solvay, excepté la logistique et le laboratoire, la majorité des unités de production est revenue à INOVYN. Mais les unités ont leur propre vie tout en restant intégrées, il n’y a pas -par exemple- une entrée Solvay et une entrée INOVYN… Solvay produit l’énergie dont a besoin INOVYN, c’est-à-dire 80% de la consommation énergétique de la plateforme de Tavaux.
Pour faciliter les processus et les échanges, des fonctions interfaces ont été mises en place. Certains services, comme la paye et la comptabilité sont devenus indépendants, mais la plupart continue de prester pour l’ensemble de la plateforme : logistique, sécurité, environnement…Les acquis et les contrats du personnel ont été transférés ».

100 millions de réduction des coûts

« Il n’y a pas de gros investissements prévus à court terme, la conversion de la salle d’électrolyse mercure en salle membrane a été réalisée en 2012. Il faut bien comprendre que nous sommes sur un marché de commodités qui n’est pas en croissance.
6,5 millions de tonnes étaient consommés en Europe en 2008, la crise a fait chuter la production à 4,5 millions et depuis plusieurs années nous sommes toujours au même niveau, c’est un marché lié étroitement à la construction qui ne décolle toujours pas.
Nous ne sommes donc pas dans une perspective de croissance et si 2015 n’aura pas été une mauvaise année, c’est essentiellement lié à la modification de la parité entre le dollar et l’euro qui nous a permis de résister aux importations et d’occuper des positions beaucoup plus favorables à l’exportation. On a pu se positionner à l’export, mais ce n’est pas structurel, tout peut changer très vite et il faut que nous soyons en mesure de garder la tête hors de l’eau lorsque nous serons en bas de cycle.
Dans cette perspective, un grand programme de réduction des coûts de 100 millions d’euros minimum a été engagé pour l’ensemble des 18 sites INOVYN, il s’appuie sur la synergie entre les deux groupes (flux logistiques optimisés, force d’achats accrue) et sur le partage des bonnes pratiques. Il faut qu’en bas de cycle, nous soyons aptes à honorer tous nos engagements, à payer nos créditeurs et à réaliser un minimum d’investissements. »

INOVYN, une PME…

« Ce changement est historique et évidemment très important pour le personnel qui travaille sur le site de Tavaux. Solvay Tavaux, ce sont 80 ans d’histoire (le Groupe lui, a plus de 150 ans), trois générations.
La création d’INOVYN a été ressentie comme un choc, à nous d’en faire une opportunité. L’avenir sera ce que nous en ferons, tous ensemble.
INOVYN est une belle entreprise et nous voulons y développer un esprit PME afin de doper sa réactivité. Nous avons la chance unique de revoir les choses pour créer quelque chose de neuf, mieux adapté à notre marché et à ses particularités… c’est stressant et enthousiasmant en même temps.
Je sais que ce changement interroge et je comprends pleinement les appréhensions du personnel, mais personne ne peut garantir l’avenir, ni INOVYN, ni aucune autre société !
Nous devrons nous faire un nom et créer une dynamique nouvelle. Il y a sans nul doute de belles choses à accomplir : à nous de jouer! »